La peinture intuitive comme métaphore du projet

Expression artistique sur fond d’éducation populaire : une toile harmonieuse et originale !

Un article écrit par Marine Ouharzoune, stagiaire DESJEPS 2021, qui raconte son expérience d'animatrice d'un atelier du mercredi "carte blanche aux stagiaires"

Je suis partie de l’une de mes passions – la peinture intuitive – pour faire vivre à un groupe dont les membres ne se connaissent potentiellement pas, une expérience alliant créativité et coopération.

Dans ma pratique, la peinture intuitive laisse cours à une expression artistique à la fois brute et harmonieuse où le ressenti a une place au moins aussi importante que la technique.

C’est tester, essayer, jouer avec les couleurs, avec des outils. C’est rechercher de la cohérence tout en contournant l’évidence.

C’est donc aussi rechercher du mouvement, du rythme, les alterner. C’est superposer et contraster.

Si le résultat est tout à fait surprenant, l’évolution et les transformations le sont tout autant !

Tout l’intérêt de la séance s’est joué sur la tension générée entre l’investissement individuel et la réalisation collective. Pour avancer dans la création, il était primordial que chaque participant puisse investir chaque toile, à chaque consigne-étape avec la même intensité.

La créativité a été impulsée et exprimée grâce aux consignes-étapes. J’ai formulé les consignes de façon abstraite : j’ai parlé de ressenti, de courbes, de rythme, de mouvement…

Chaque participant devait se détacher de la toile investie pour qu’un autre participant l’investisse à son tour. Puis il devait réussir à investir une nouvelle toile ayant déjà subi des transformations d’autres participants.

Même si j’avais la direction et la technique à transmettre, je n’étais pas du tout « maîtresse » des réalisations et encore moins du rendu final ! J’ai agi en mode projet dans un contexte fluctuant, avec différents acteurs, au gré des transformations, des influences, des dynamiques… Penser et accorder une place à l’inattendu m’a été essentiel car un projet qui se déroule comme prévu n’est pas un projet mais un programme ! Et plus le projet sera pensé, préparé, travaillé, plus il sera ajustable et adaptable.

Un projet est également unique, singulier, avec des caractéristiques qui lui sont propres et donc non réalisables à l’identique car ce serait alors un produit.

Les participants, lorsqu’ils se retrouvaient devant leur nouvelle toile, devaient partir d’un existant pour le transformer en y intégrant leur touche personnelle. De la même façon que lorsque l’on travaille en partenariat sur un projet. Chaque partenaire nourrit le projet du professionnel qu’il est, de la personne qu’elle est. L’évolution d’un projet est influencée par les personnes qui gravitent autour mais aussi par leurs rôles et les temporalités dans lesquelles ils interviennent.

Ainsi, chaque toile est composée des mêmes ingrédients – même matériel, mêmes consignes, mêmes personnes – mais a pourtant une saveur particulière et unique.

D’acteur de la séance, le groupe est devenu auteur de sa production et c’est là pour moi l’un des enjeux de l’éducation populaire.

 

Marine Ouharzoune