Derniers articles - Education populaire et travail social

Écrit le 06/12/2018
la-citoyennete-quelle-place-dans-la-qualite-de-vie-sociale-de-nos-aines  Fanny Sutter-TrajectoireFormation-2018 Le mardi 13 novembre 2018, la promotion des BPJEPS LTP a...
Écrit le 04/06/2018
l-accompagnement-des-enfants-autistesJour après jour, déferle sur la question de l’autisme un flux médiatique qui finit par questionner. Le...

Un temps pour la danse dans l'animation sociale

Un petit pas pour la danse...

Tourner sur soi-même, courir avant de s’arrêter subitement, sauter, imaginer quelques pas, faire virevolter de longues bandes de papiers derrière soit…
Danser ne signifie pas forcémment réaliser des prouesses, pas besoin d’être un athlète, pas besoin de connaître une chorégraphie par cœur, pour danser, il suffit de bouger. On cantonne souvent la danse à une pratique réservée à des praticiens expérimentés. C’est sous-estimer les possibilités qu’elle offre en terme de rapprochement entre les individus, mais également en tant qu’alliée pour l’éducation populaire


C’est ce qu’a pu découvrir le groupe BPJEPS Animation Sociale le mercredi 7 mars, réunis au Centre Chorégraphique National de Belfort qui ont accompagné un groupe de jeunes enfants issus de l’Institut Médico Educatif (IME) Itard de Blanc-Mesnil . Ce sont les danseuses Agathe Pfauwadel et Laurie Giordanno ainsi que la psychomotricienne Céline Schneider et Myriam Di djen (éducatrice spécialisée) et Ornella Owen (assistante sociale) qui ont animé la mâtiné.
Ce n’est pas la première fois que les deux danseuses et le personnel de l'IME Itard coopèrent, elles travaillent ensemble dans le cadre du projet chorégraphique « Oscillé ». Il consiste à amener un peu de danse à l’école et dans les IME, d’abord en s’infiltrant dans les salles de classe le temps de faire quelques pas sous le regard amusé des enfants. Plus tard, ce sont les écoliers eux même qui se prêtent au jeu.


Au programme : quelques propositions simples, histoire de délier les jambes et les sourires, très vite les pieds nus foulent le sol, entraînés par les envolées mélodiques d’un violon alto.
En premier lieu, on cherche à trouver l’équilibre puis à le perdre, on joue à se laisser tomber en avant puis on se redresse. Le groupe traverse la salle de part en part sous le regard expert des deux danseuses. Ensuite, les participants se regroupent part deux, l’objectif est ici de prendre appuie l’un sur l’épaule de l’autre pour essayer d’avancer : une pratique plus ardue qu’il n’y parait. Viennent ensuite de longues bandes de papier que chacun intègre dans sa « danse » à son envie, partout dans la salle, les étoffes blanches virevoltent. Pour terminer seuls les enfants restent sur scène, cette fois-ci, c’est avec de longs manteaux qu’ils nous proposent une présentation avant le moment de la restitution finale.
Après quelques derniers mouvements vient le moment de la parole. Dans un temps d’échange final, les animateurs, les stagiaires et les enfants ont pu s’exprimer à propos de leurs ressentis vis des expériences vécues au cours de la matinée. L’après-midi, le groupe de BPJEPS Animation Sociale s’est réuni pour échanger autour de l’expérience, mais aussi également autour du projet « Oscillé » qui leur a été présenté à travers un reportage.


Un temps d'échange fort.

Le groupe réunissait les stagiaires du BPJEPS Animation Social de Vesoul ainsi qu'un groupe d'enfant de l'IME et plusieurs animateurs.

Prendre conscience du contact et des distances dans les relations humaines.

Plusieurs types d'exercices, à commencer par les échauffements.

Au rythme de la musique.

Chacun déambule librement dans la pièce...

 ... s'arretant lorsque la musique se tait.

Puis tout le monde se regroupe pour appréhender le prochain atelier.

Trouver l'équilibre avec son partenaire

Et avancer à petit pas...

A quatres jambes.

Une aproche créative de la danse abordable par tous

Et chacun à sa manière.

Les sens en éveil.

Une journée dédiée au corps et à l'autre.

Et si c'était à refaire ?

Voici également quelques photographies issues du projet Oscillé, ainsi qu'un reportage à son sujet :

Les enfants de l'IME ont eu la surpise de voir débarquer une troupe de danseurs en pleine heure de cours !

Le temps d'offrir quelques pas...

Un peu plus tard ce sont les enfants eux même qui réalisent leur premier pas !

Pas besoin d'être danseur pour danser...

... ni pour s'amuser !

L'un des buts du projet et de sortir la danse du cadre du spectacle et de la scène pour la réintégrer au quotidien.

Si vous souhaitez en savoir plus sur "Oscillé", nous vous invitons à regarder ce reportage réalisé pendant la réalisation du projet à l'IME Itard ( le mot de passe pour accéder à la vidéo est "oscillé")  : https://vimeo.com/238569852

Tags:
© Trajectoire Formation 2016
Mentions légales

Please publish modules in offcanvas position.